Ce film est aujourd’hui présent dans le coffret DVD The Beatles Anthology et sur le second disque vidéo de la réédition de l'album 1. Cela a complètement saturé le canal et a produit ces sonorités fuzz. Sur celui-ci figure également Revolution 9, le collage sonore réalisé par John Lennon et Yoko Ono. [111][139] Soon afterwards, Lennon told Jonathan Cott of Rolling Stone that this criticism was "sour grapes" on the director's part, since Godard had been unable to get the band to appear in One Plus One and so had approached the Stones. Le mystère demeure quant à savoir de quelle copie il s'agit, et de quelle façon elle est parvenue 41 ans plus tard sur la Toile[13]. J'estimais que l'heure était venue pour nous d'en parler, de même que j'avais estimé que l'heure était venue pour nous de répondre enfin aux questions sur la guerre du Viêt Nam. De loin le plus politisé des Beatles, Lennon était sommé de donner son avis, de « choisir son camp », par les différentes factions communistes et révolutionnaires, puisque lorsqu'il s'exprimait, c'était en général pour diffuser des idées de gauche[3]. Nicky Hopkins ajoute une ligne de piano le 11 et le travail se poursuit le 12 avec de nouvelles pistes de guitare par John Lennon et de basse par Paul McCartney. He also altered one line into the ambiguous "you can count me out, in". But when you talk about destruction Don't you know that you can count me out. The song has been covered by numerous artists, including Thompson Twins, who performed it at Live Aid in July 1985, and Stone Temple Pilots. Hey Jude, chantée par Paul McCartney, exhorte en cadence un ami à surmonter ses peurs et à s’impliquer dans l’amour. Il n'y en a pas d'autre. Numerous sound effects, tape loops, and overdubs were recorded and compiled over several sessions almost exclusively by Lennon and Ono, although Harrison provided assistance for spoken overdubs. [59] Two days after the record's US release, violent scenes occurred at the 1968 Democratic National Convention in Chicago,[60] as police and National Guardsmen were filmed clubbing Vietnam War protestors. [119] Other commentators on the left applauded the Beatles for rejecting radicalism governed by hatred and violence, and for advocating "pacifist idealism". The song peaked at number 12 on the Billboard Hot 100 in the US and topped singles charts in Australia and New Zealand. We all want to change the world En 2006, une reprise de la chanson a également été utilisée dans une publicité télévisée en Australie dans le cadre d’une promotion de la marque automobile Mitsubishi. Mais, le single étant sorti avant l'album, le public a d'abord découvert la version « ne comptez pas sur moi ». "Revolution" is a song by the English rock band the Beatles, written by John Lennon and credited to the Lennon–McCartney partnership. The mistake was that it was anti-revolution. [54] Having sought to reassert his leadership of the Beatles over McCartney, Lennon reluctantly agreed to have "Revolution" demoted to the B-side. Il convient que, plus jeune, il aurait « été partant pour tout détruire »[4], mais sa position a évolué, et il met en avant les nombreux exemples historiques : « Tout démolir, ça s'est toujours fait. La première version est enregistrée dès le premier jour des sessions de l'album The Beatles, le 30 mai 1968. In an attempt to initiate this revolution, the Family carried out a series of murders in Los Angeles in August 1969. Alright, alright We've got to put a stop to it in order to set a precedent. Autre différence, Nicky Hopkins joue un solo de piano électrique avant le troisième couplet. Son décès le 27 août 1967 a certainement précipité les choses, puisque comme l'explique John Lennon en 1970 : « Je voulais dire ce que je pensais de la révolution. [125][nb 5] In reaction to the song and to Lennon and Ono's performance art activities,[126] the British authorities withdrew the protection they had long afforded the Beatles as MBEs. [177] Commercials using the song started airing in March 1987.[178][179]. ») », Le musicologue Allan W. Pollack, auteur d'une série d'analyses sur les chansons des Beatles, livre une opinion différente[23] : « Mark Lewisohn nous explique que Revolution 1 a la primeur chronologique sur la soi-disant « reprise » qui apparaît sur la face B du single Hey Jude. En 1968, la jeunesse occidentale est en pleine ébullition. "[51][166], "Revolution" made its LP debut on the 1970 US compilation album Hey Jude, which was also the first time that the track was available in stereo. Lennon multiplie des « alright » variés à l'infini sur toute la durée de la bande. When released in August, the song was viewed by the political left as a betrayal of their cause and a sign that the Beatles were out of step with radical elements of the counterculture. We're all doing what we can, But if you want money for people with minds that hate Last.fm Music | Copyright © 2020 CBS Interactive Inc. / All rights reserved. At this first session, they concentrated on recording the basic rhythm track. George Harrison ponctue tout le morceau d'interventions à la guitare électrique, petits solos, et riffs, dans un timing remarquable. Nous sommes la génération dans le coup. À partir du 30 mai 1968, ils investissent les studios EMI d'Abbey Road et se mettent au travail sur le titre de John Lennon[6]. George Harrison ajoute une dernière partie de guitare électrique — parsemant le titre d'interventions en chorus — et la chanson est prête à être mixée à partir de la prise 22. Depuis la séparation des Beatles, Revolution est publiée à nouveau sur les compilations Hey Jude, The Beatles 1967-1970 et Past Masters et dans tous les cas, dans sa version « rock ». We all want to change the world, But when you talk about destruction Coca-Cola le fait bien grâce à la propagande — pourquoi pas nous [Les Beatles] ? Revolution est une chanson des Beatles, composée par John Lennon et publiée dans deux versions différentes en 1968. L'université Columbia est occupée par le Students for a Democratic Society et des étudiants noirs, puis finit par être évacuée par la force. You say you want a revolution Well, you know We all want to change the world You tell me that it's evolution Well, you know We all want to change the world. Count me out (ne comptez pas sur moi) s’il est question de violence. Lennon closed the letter with a postscript saying, "You smash it – and I'll build around it.